Page
                    d'entrée
Musée
Pays de Retz
Plan du site
courrier-renseignements
                    pratiques
Repasser une coiffe
    Autrefois, les femmes ne sortaient pas nu-tête, elles portaient une coiffe ou un bonnet.

    La lingère, une par paroisse, repassait toutes les coiffes et bonnets de ces dames.
    Dans l'atelier, autour de la table longue, chacune s'affaire avec dextérité. L'une, les doigts poissés d'amidon, en imprègne les dentelles. C'est la mise en empois. Puis, s'essuyant les doigts au torchon qu'elle garde sur ses genoux, elle prend le fer à braise et repasse ce simple carré de tulle amidonné.
    La lingère va ensuite "pailler". Autrefois c'était avec les tiges d'une plante appelée "guinche" qui pousse dans les endroits humides. Au début du siècle, la paille a fait place aux fines aiguilles d'acier de 0,5 à 0,7mm.
    Le nom de paillage est resté.
 

    Vous placez une "paille" sous le tulle amidonné et une autre dessus en serrant très fort et ceci jusqu'au haut du carré de tulle. Le "retour" est difficile, puisqu'il faut suivre la "ligne des coeurs", belle expression n'est-ce pas?
 

    Deux à trois heures ne sont pas de trop pour monter une coiffe du Pays de Retz.
    La lingère ne savait repasser que la coiffe de son bourg, il y avait une méthode pour chaque paroisse.
 
 

    Monsieur Masson, apprenti chez les lingères de la rue de Rennes à Nantes en 1930, a analysé toutes ces méthodes et à l'aide de croquis et de plans, a écrit un livre qui est la bible de toutes les lingères actuelles: "La Dormeuse".

 
Ce livre est en vente au musée, s'adresser à l'accueil.
Liens
Visite du Musée
Facebook
Association
Patois - Traditions - Documents
Expositions-Animations
Visite du Pays de Retz
Facebook