Des feux de joie avaient lieu dans le cimetière des MOUTIERS la veille de la St Jean Baptiste et la veille de la St Pierre et Paul. Le curé bénissait le bûcher et y mettait le feu. Les enfants restaient autour du foyer et jetaient dans les flammes de petites vésicules de goémon qui éclataient en pétarade. Le bûcher consumé, parents et anciens revenaient prendre quelques cendres et les emportaient chez eux pour se préserver de la foudre. 
    Le curé y mit fin en 1836.

(L. Gautier: «Histoire de La Bernerie». 1912).

    Autrefois, on allumait des feux de joie sur les hauteurs, principalement à la St Jean et à la Noël. On faisait vromer une grande poêle de cuivre avec des joncs appuyés sur le bord du récipient. Il en résultait un bruit étrange se répercutant au loin. 
    Danses et chants, principalement rondes, accompagnaient la fête. Le clergé, non sans difficultés, fit cesser cet usage.    

Un tison arraché au brasier et conservé sous le lit préservait de la foudre et de l'incendie.    

Le célibataire qui prenait une petite branche et la déposait au chevet de son lit trouvait roulés autour, le lendemain, les cheveux de celle qu'il devait épouser.    

Une jeune fille trouvait à coup sûr un mari dans l'année si elle dansait autour de 9 feux différents.

(A. Bouyer : «Histoire de Pornic». 1951).

Nous trouver

Le Musée du Pays de Retz
6, rue des Moines,Bourgneuf-en-Retz
44580 VILLENEUVE EN RETZ
Tél : 02 40 21 40 83

Infos Pratiques

Nos partenaires

dracAvec le soutien de l'Etat - Préfète de la région Pays de la Loire - direction régionale des affaires culturelles


museedefrancemusée de France

 

Copyright © 1999-2017 Le Musée du Pays de Retz - Tous droits réservés | Mentions Légales | Contact | Crédits | Plan du site